Aborder les rives de Grand mère Black Moon

  • Par elhewynn
  • Le vendredi, 02 décembre 2016
  • 0 commentaire

Citation 1

Le temps de la Crone* est venu… « Grand-mère Black Moon » nous appelle… Nous, les héritières des Baby-boomeuses, arrivons dans le 2ème temps de notre vie… Evoluer vers un retour à soi, à notre intuition profonde, à nos désirs et nos rêves … nos inaccomplis…

C’est aussi le temps des renoncements et des deuils…

Apprendre à renoncer à tout ce que notre égo féminin s’accroche pour continuer à exister…

Faire le deuil de la petite fille, de la jeune fille que nous ne serons plus… Deuil de notre féminin séducteur… Deuil de notre féminin maternant… Deuil de nos certitudes et croyances…

C’est aussi entrer dans la finitude de la vie… comme une urgence à se redéfinir dans notre véritable identité et apprendre à dire oui à notre vérité, oui à notre vulnérabilité, oui à notre authenticité… Etre sans fard et abandonner toute compétitivité… Apprendre à se poser dans l’entendu de soi et prendre l’engagement de se respecter en donnant priorité à nos besoins profonds…

Je vous invite à contacter votre courage pour quitter les sentiers battus des croyances et convictions féminines héritées pour oser aborder les rives de l’inconnue féminin au cœur de vous-même…

 

(*Vieille femme)

Voici un extrait du livre "Shamanka" Itinéraire chamanique au quotidien - le Féminin sacré dans l'ordinaire

« …Dans la grande rencontre d’avec toutes les parties de nous-mêmes, notre humanité affamée d’amour, dénudée à présent de tous ses mécanismes liés au besoin d’être reconnue digne d’être aimée, a fait ce mouvement d’involution comme un temps de gestation pour se recréer dans la dimension ultime d’amour de soi. Amour qui est sans conditions, sans attentes, sans peurs quelconques.

 La quête du graal a cessé car reconnue comme quête extérieure vaine et tout naturellement nous nous recentrons, lovée à l’intérieur de notre matrice, centre de la spirale de vie d’où partent les impulsions de nos états d’être identifiés dans le Présent de notre quotidien.

Après le temps de la fermeture du cœur comme symbole de protection contre toutes les blessures et limitations extérieures, vient le temps de l’ouverture à cet espace plus grand que nous sommes au-delà de l’illusion.

 Nous avons transcendé le rejet de nous-mêmes par l’acceptation inconditionnelle de toutes les parties qui nous composent comme autant d’instrument de musique en alliance pour jouer la grande symphonie de notre vie.

 

Le temps de la Femme Sagesse est venu, femme sage ou Sagefemme qui s’accompagne dans la liberté intérieure de s’être reconnue et la joie profonde du grand œuvre accompli.

Le temps du retour dans le monde extérieur approche et nous ressentons les premières contractions du désir de renaître, s’activer comme une nouvelle sève se préparant à jaillir dans toutes nos dimensions.

 Nourries et fortes de ce temps d’amour que nous nous sommes donné, nous commençons à entrevoir quel sera ce nouveau cycle de vie qui se précise.

Une dernière clarification nous permet de poser les bases solides de notre nouvelle expérience de vie, notre nouvelle création.

Nous esquissons au Cœur de notre être, ce que nous désirons vivre à présent en toute conscience, dans la plénitude et la sérénité du féminin accompli.

Définissons l’essentiel de notre vie, ce qui nous semble primordial dans le respect de nos valeurs redéfinies allant dans le sens que nous voulons donner à nos actions futures, que ce soit dans notre vie affective, familiale, professionnelle, sociale ou tout simplement personnelle.

Dans cette perspective, c’est tout un espace de liberté intérieure qui s’offre à notre vision éclairée, engendrant la joie profonde de la création renouvelée, espace alchimique où nous nous fécondons dans la récréation de nos moments de vie, espace de celle qui s’est enfin rencontrée.

Allons-nous nous reconnaître dans notre divinité et de par notre présence alignée, nous honorer dans la reconnaissance de ce qui est juste et fluide pour nous dans nos choix de vie ?

 

De cette ultime rencontre d’avec nos forces les plus sombres naît l’Union Vraie, le mariage sacré de ce que nous sommes à la fois : Essence et Matière.

La grande rencontre qui scelle définitivement la partie de nous « toute lumière » en infini amour d’avec la part de nous « engagée dans la matière ». Terminé la division, l’écartèlement, les positions extrêmes, fini la lutte de pouvoir, le besoin de dominer, d’asservir ou de se laisser manipuler, contrôler par le contexte extérieur.

 Le long périple entrepris nous a conduits vers Tsaddé, lettre hébraïque qui signifie union sacrée des polarités, le véritable sens de l’androgynie. Laissons-nous guider, emmener, rayonner de notre magnifique Lumière, du plus bel amour que celui de notre Âme, de notre Essence et nous verrons une myriade de petits miracles au quotidien s’accomplir dans la tendresse, la douceur et la compassion pour nous-mêmes.

 

 L’Essence féminine a ce grand pouvoir d’adoucir ce qui est dur, enluminer ce qui est obscur et surtout d’accueillir dans l’amour inconditionnel les plus grands rejets et abandons. Pilier Divin est sa force.

 

Qu’enfin nous puissions percevoir dans chaque regard féminin, rayonner la Déesse, ainsi nous pourrons nous ouvrir à la douceur et à la vulnérabilité non plus comme faiblesse mais comme nouvelle force au service de l’Amour.

 

Que chaque femme, mère, grand-mère, sœur, fille petite fille quitte ses voiles d’ombre pour se vêtir de la plus belle des parures dignes de la Déesse.

 

Que de chaque cœur, s’élance un chant de reconnaissance aussi doux que le murmure de la lune à la surface de l’eau, chant message à toute l’humanité que Dieu est aussi Déesse.

Qu’une immense ronde puisse se créer, cercle sacré où toutes et tous pourront se retrouver comme nouvelle matrice initiatrice… » « Extrait du chapitre 9 – Shamanka, Itinéraire chamanique au quotidien)

cercle de sagesse cercle de femmes sororité chamanisme sacré féminin cercle des femmes sages sagesse femme cercle

Vous devez être connecté pour poster un commentaire